Comment trouver un bon Psychothérapeute

Le docteur Olivier Dubois, médecin psychiatre, détaille les 4 types de prise en charge d’un patient : psychothérapie, thérapie cognitive et comportementale, psychanalyse, thérapie familiale ou conjugale

Introduction :

Il existe de nombreuses formes de psychothérapies plus ou moins longues, qui sont autant de pratiques différentes reposant elles-mêmes sur des approches théoriques diverses.
Les psychothérapies, sont en quelques sorte des "thérapies par la psyché" qui trouvent leur origine dans différentes pratiques, depuis les approches maïeutiques de Platon, celles les maîtres en psychologie arabes, ou plus récemment l'analyse psychologique de Janet, l'hypnose ou encore la psychanalyse.

Les psychothérapies ont pour vocation de "soigner par des méthodes psychologiques" les troubles tant psychiques que somatiques dans le cadre de la relation établie avec un psychothérapeute. La durée du traitement varie de quelques mois à quelques années. Elle peut être pratiquée seule ou associée à d’autres thérapeutiques (ex : prescription de médicaments). C’est un contrat librement accepté entre la personne et le psychothérapeute, dans le respect du secret professionnel et reposant sur une alliance thérapeutique.

Ces dernières années, le nombre d'approches psychothérapiques a augmenté amenant parfois une certaine confusion. Les études scientifiques et cliniques réalisées portent principalement sur quatre groupes de psychothérapies :

- les psychothérapies psychanalytiques (et celles qui en dérivent)
- les thérapies cognitivo-comportementales
- les thérapies systémiques et l'École de Palo Alto
- les thérapies humanistes.

Il existe de nombreux autres types d'interventions à visée thérapeutique qui peuvent être utilisées par les psychothérapeutes : la sophrologie, l’hypnose, l'EMDR (Désensibilisation et retraitement par mouvement oculaire), la thérapie familiale, la thérapie de couple, l’analyse transactionnelle (AT), la PNL (Programmation Neuro-Linguistique), la psychogénéalogie, la gestalt-thérapie, l’art thérapie, la musicothérapie ou encore les diverses pratiques de "développement personnel".

Comment ça marche :

La psychothérapie a pour but d'améliorer l’état du sujet et/ou à prévenir d'éventuelles rechutes. Les mécanismes opératifs sont variables selon les modes d'action propres à chaque thérapie, mais aussi aux spécificités des thérapeutes.
Elles reposent sur l'étude et l'action sur toutes les interactions dynamiques qui se jouent à différents niveaux dans notre organisme entre le psychisme, le corps et le contexte environnemental. Il s'agit de mettre au jour les relations cachées ou non qui occasionnent des troubles et de provoquer un changement. Comme disait Gregory Bateson : "ll n'est pas dépourvu d'importance que nous soyons presque toujours inconscients de la tendance de nos changements d'état." Suivre une psychothérapie, c'est d'abord vouloir travailler sur soi, améliorer ou changer sa façon de vivre, de ressentir et d'agir.  C'est s'engager dans un processus de changement enrichissant et exigeant pour se sentir mieux avec soi-même et avec les autres.

Le travail psycho-thérapeutique consiste à rencontrer le psychothérapeute dans son cabinet, pour une durée d'environ 60 minutes au rythme, lors de multiples séances dont le nombre dépend du mode de traitement choisi. Lors de ces rencontres, le travail thérapeutique se fait à partir d'échanges entre le psychothérapeute et vous, orientés vers des objectifs définis et basés sur la confiance.

Champs thérapeutiques
La psychothérapie peut convenir à tous les âges, en individuel, en couple ou en groupe familial. Elle vise à accompagner toute personne qui éprouve un mal-être physique et/ou mental, exprimé par des symptômes tels que : stress, angoisse et anxiété, la perte de confiance en soi, l'isolement, l'inhibition, les peurs, phobies et obsessions, les états dépressifs, les troubles relationnels, les troubles alimentaires, troubles sexuels ou troubles du sommeil, les addictions jusqu'aux idées suicidaires… Ces symptômes peuvent apparaître dans le cadre de névrose, de psychose, de troubles psychosomatiques, entre autres…

Etudes et législation

Le titre de "praticien en psychothérapie" n’est pas réglementé, contrairement au titre de psychothérapeute. Ce dernier titre est réservé aux professionnels inscrits au registre national des psychothérapeutes. Cela requiert d'avoir fait un stage pratique d'une durée minimale de 5 mois et une formation théorique en psychopathologie clinique de 400 heures minimum.

Avant de vous inscrire dans une école, vérifiez que le type d’études (psychologie générale, psychothérapie, relation d’aide...) ou la méthode (sophrologie, psychogénéalogie, massage bien-être, programmation neurolinguistique [PNL], gestalt, etc.) correspond à votre personnalité, à votre demande, aux espoirs que vous mettez dans votre futur métier.

Quelle efficacité ?

86 % des Français qui ont consulté un psy (au sens large) considèrent que cette démarche les a aidés. La littérature scientifique actuelle, qui s'appuie sur des milliers d'études rigoureuses, démontre qu'il existe plusieurs types de traitements psychologiques très efficaces pour accompagner différents troubles mentaux. Cependant, les résultats peuvent varier en fonction de la profondeur du trouble, de la réceptivité du sujet et de l'application à suivre les recommandations du thérapeute. Ainsi, on estime qu’environ 70% des patients qui ont suivi une psychothérapie, se sentent mieux qu’avant, 20% n’observent pas de changements et 10% vont moins bien.

En termes d’efficacité, il n’y a pas de différence fondamentale entre les différentes approches, qu’il s’agisse de thérapies psychanalytiques, cognitivo-comportementales ou systémiques. Ce choix influence seulement 1% de l’effet final. Une étude de 2004 réalisée par l'INSERM, bien que controversée, conclut à une plus grande efficacité de la thérapie cognitivo-comportementale, dans la plupart des troubles mentaux : trouble anxieux généralisé, phobie sociale, état de stress post-traumatique.

Psychothérapeute à la une

Fabrice Pierredon, Psychothérapie à Paris, France

Psychothérapeute exerçant depuis 12 ans

Durée: 50 minutes
24 Rue De Mogador, 75009, Paris
87 €
Tarif initial de 110 €
Bertrand Gaillard Ψ, Psychothérapie à Paris, France

Psychothérapeute exerçant depuis 10 ans

Durée: 60 minutes
6 Rue Des Saussaies, 75008, Paris
57 €
Tarif initial de 80 €
Henri Pierre Bru, Psychothérapie à Paris, France

Psychothérapeute exerçant depuis 8 ans

Durée: 55 minutes
14 Rue Charles V, 75004, Paris
67 €
Tarif initial de 90 €
Arnaud George, Psychothérapie à Paris, France

Psychothérapeute exerçant depuis 3 ans

Durée: 60 minutes
5 Rue Beautreillis, 75004, Paris
27 €
Tarif initial de 50 €
Leina Saraiva, Psychothérapie à Paris, France

Psychothérapeute exerçant depuis 9 ans

Durée: 50 minutes
60 Rue Saint Sabin, 75011, Paris
47 €
Tarif initial de 70 €

Psychothérapie : affections et indications

Image

Le bégaiement affecte le débit de la parole, avec pour caractéristique la répétition, le ralentissement ou la prolongation des phases et de certains mots...

Image

Le complexe de supériorité est un trouble de la personnalité qui provoque le mépris des autres et la recherche de la domination. C’est en fait un mécanisme de défense psychologique qui masque le plus souvent un sentiment d’infériorité.

Image

La crise de l'adolescence, passage transitoire parfois difficile, peut amener certains troubles qu'il faut savoir détecter à temps, faute de conséquences graves. L'accompagnement de ce moment peut se faire avec de nombreux spécialistes, en psychothérapie, sophrologie ou diététique.

Image

Le tabagisme a des conséquences très graves pour la santé. Les causes principales relèvent de contextes émotionnels et sociaux pour lesquelles plusieurs thérapies peuvent apporter un soulagement et aider à la désintoxication.

Image

L'état névrotique léger est très fréquent, mais ses conséquences sont souvent sous-estimées. Ce trouble peut être accompagné par de nombreuses thérapies, avec de très bons résultats...

Image

La vraie dépression ou épisode dépressif n'est pas un simple mal-être de quelques jours. Elle se traduit par des symptômes précis et se manifeste sur une durée minimale de deux semaines.

A lire sur le Mag Thérapeutes