Comment trouver un bon Kinésithérapeute

La profession de kinésithérapie

Introduction :

Le masseur-kinésithérapeute, ou plus communément appelé kiné, est un professionnel du paramédical qui agit sur prescription médicale. Le kinésithérapeute utilise des techniques actives ou passives ainsi que la physiothérapie pour rééduquer ou prévenir les affections de l’appareil locomoteur et les maladies neurologiques ou respiratoires.


Comment ça marche :

Les techniques actives de rééducation sont fondées sur l’activation des muscles de façon aidée, en piscine par exemple, ou contre-résistance (poids, résistance manuelle). Elles ont pour but de renforcer la musculation et de permettre une meilleure mobilisation des articulations.

Les techniques passives peuvent être manuelles ou instrumentales. Elles ont pour but de lutter contre la raideur, les rétractions ou la spasticité tout en améliorant la mobilité.

La physiothérapie a pour but d’utiliser des moyens physiques – courrant électrique, vibrations, ondes, chaleur, froid – dans le traitement de la douleur ou pour la stimulation tissulaire. (source: http://sante.lefigaro.fr/sante/specialite/kinesitherapeute/quest-ce-que-cest)


La définition du kinésithérapeute est disponible sur https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000031912641&categorieLien=id :

La pratique de la masso-kinésithérapie comporte la promotion de la santé, la prévention, le diagnostic kinésithérapique et le traitement : 
« 1° Des troubles du mouvement ou de la motricité de la personne ; 
« 2° Des déficiences ou des altérations des capacités fonctionnelles. 
« Le masseur-kinésithérapeute peut également concourir à la formation initiale et continue ainsi qu'à la recherche. 
« Le masseur-kinésithérapeute exerce son activité en toute indépendance et en pleine responsabilité conformément au code de déontologie mentionné à l'article L. 4321-21. 
« Dans le cadre des pathologies héréditaires, congénitales ou acquises, stabilisées ou évolutives impliquant une altération des capacités fonctionnelles, le masseur-kinésithérapeute met en œuvre des moyens manuels, instrumentaux et éducatifs et participe à leur coordination. 
« Dans l'exercice de son art, seul le masseur-kinésithérapeute est habilité à utiliser les savoirs disciplinaires et les savoir-faire associés d'éducation et de rééducation en masso-kinésithérapie qu'il estime les plus adaptés à la situation et à la personne, dans le respect du code de déontologie précité. » ; 
b) Au deuxième alinéa, les mots : « du massage et de la gymnastique médicale » sont remplacés par les mots : « des actes professionnels de masso-kinésithérapie, dont les actes médicaux prescrits par un médecin, » ; 
c) Le dernier alinéa est remplacé par deux alinéas ainsi rédigés : 
« Lorsqu'il agit dans un but thérapeutique, le masseur-kinésithérapeute pratique son art sur prescription médicale et peut adapter, sauf indication contraire du médecin, dans le cadre d'un renouvellement, les prescriptions médicales initiales d'actes de masso-kinésithérapie datant de moins d'un an, dans des conditions définies par décret. Il peut prescrire, sauf indication contraire du médecin, les dispositifs médicaux nécessaires à l'exercice de sa profession. La liste de ces dispositifs médicaux est fixée par arrêté des ministres chargés de la santé et de la sécurité sociale, après avis de l'Académie nationale de médecine. 
« En cas d'urgence et en l'absence d'un médecin, le masseur-kinésithérapeute est habilité à accomplir les premiers actes de soins nécessaires en masso-kinésithérapie. Un compte rendu des actes accomplis dans ces conditions est remis au médecin dès son intervention. » ; 

Etudes et législation

Le masseur-kinésithérapeute est titulaire d’un diplôme d’Etat. Ce diplôme se prépare depuis 2015 en quatre ans dans des instituts publics ou privés agréés. Désormais intégré dans le cadre LMD, il permet de valider 240 crédits ECTS. 

L'accès à la formation s'effectue après la première année commune aux études de santé (PACES), la première année de licence sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS) ou une première année de licence dans le domaine sciences, technologies, santé).

La sélection est sévère et encadrée par un numérus clausus (2 693 places pour l'année 2016-2017). Elle nécessite un bac scientifique (S notamment). 

La formation est partagée en deux cycles de deux ans : le premier cycle étant consacré aux fondamentaux, à l’ingénierie de la kinésithérapie et à des savoirs transversaux (anglais, méthodologie, par exemple), le second étant plus pré professionnel (approfondissement des thèmes précédents et préparation à l’exercice). La formation dure 6 670 heures au total (1 980 heures pour la formation théorique et pratique, 1 470 heures de formation à la pratique masso-kinésithérapique, 3 220 heures environ de travail personnel). (source: http://www.cidj.com/article-metier/kinesitherapeute)


Comment trouver un bon kinésithérapeute ?

Il n'est pas toujours facile de trouver un bon kiné.
De nombreux kinés exercent en France avec des compétences différentes. Par exemple, on retrouve des professionnels de santé, des masseurs en institut de beauté ou des kinésithérapeutes spécialisés dans la pratique sportive. Aussi, en fonction de votre objectif, il existe des critères pour sélectionner le kinésithérapeute idéal. 


Un bon kinésithérapeute est capable de poser un diagnostic clair et de repérer les symptômes rapidement. Si le kinésithérapeute n’est pas en mesure de localiser et d’apaiser votre douleur, vous êtes en mesure de vous poser des questions. En effet, sa formation devrait lui permettre d’identifier les zones stratégiques et de vous soulager efficacement.


Source: http://www.allo-medecins.fr/sante/specialiste/reeducation-et-massages/kinesitherapeute,comment-chois...

Vous êtes praticien ?
Développez votre clientèle avec notre solution au résultat

Inscrivez-vous maintenant