Douleurs cancéreuses

Les personnes atteintes d'un cancer éprouvent souvent des douleurs sévères ou constantes. Ces douleurs dépendent du type de cancer dont elles souffrent, du stade de la maladie et du traitement qu'elles reçoivent. Il peut s'agir de douleurs aiguës de courte durée, ou de douleurs chroniques à long terme, tant dans le domaine psychologique que physiologique. Environ 25 % à 50 % des personnes atteintes de cancer présentent de la douleur au moment du diagnostic et jusqu'à 75 % des personnes atteintes d'un cancer présentent de la douleur au cours de l'évolution de leur maladie.

À noter que toutes les médecines complémentaires permettront souvent de diminuer les doses des traitements médicamenteux, d'aider à passer des caps psychologiques, mais en aucun cas de les remplacer.


Causes

Ce type de douleur physique a deux causes : La douleur nociceptive désigne la douleur transmise par les nerfs et dont l'objectif est de renseigner sur les dommages subis par une partie du corps. Cette douleur est généralement ressentie comme un endolorissement ou une pression. Les douleurs vives, de type élancements, qui sont des douleurs neuropathiques (des nerfs), provoquées par les lésions à l'intérieur du système nerveux. Le cancer peut provoquer des douleurs aiguës de courte durée, ou des douleurs chroniques à long terme.

Quelle efficacité ?

En Europe, 36 % des malades atteints de cancers ont recours aux médecines complémentaires et alternatives pour se faire accompagner, et aux États-Unis, cet usage concerne 70 à 80 % de la population. Le degré de satisfaction des malades et leur sentiment d’efficacité sont d'après les études et sondages, sont très largement positifs.

Interrogés à l’aide d’échelles étalonnées de 0 à 7 (comme cela se fait désormais dans le domaine de la douleur ou de la fatigue), les malades ont évalué un score moyen de satisfaction de 5,27 et un sentiment d’efficacité de 5,04.

Rappel : Les pratiques non-conventionnelles accompagnent mais ne remplacent les préconisations de votre médecin traitant. Dans tous les cas, l’automédication n’est pas du tout recommandée.



Accompagnements

Hypnose

L'Hypnothérapie est de plus en plus utilisée dans la prise en charge de la douleur surtout lorsque celle-ci est devenue chronique. Le facteur hypnoanalgésique (hypnose éricksonienne) est prouvé et permet de lutter contre la douleur, et notamment, contre la peur de la douleur. L'hypnose est d’autant plus indiquée dans la prise en charge de la douleur cancéreuse lorsque celle-ci est devenue chronique. Cette technique aide la personne à ne pas se ”fixer” sur une douleur qui l’empêche de vivre normalement.

Ostéopathie

Du côté plus général du corps, l’ostéopathie permet une approche plus globale du patient. Une douleur (surtout si elle est devenue chronique) peut entrainer des déséquilibres à distance de la zone douloureuse. Cette technique manuelle peut aider à rétablir les équilibres perdus.

Réflexologie

De même les pratique la relaxation corporelle comme le Shiatsu, la réflexologie et aussi le yoga peuvent apporter des aides appréciables, pour réduire les tensions et soulager les crises. Dans tous les cas, les thérapeutes doivent travailler en lien avec l’oncologue ou le médecin référent.

Sophrologie

De même, les pratiques de la relaxation, la sophrologie, tout comme l'aide psychologique peuvent aider les patients à consommer moins d'antidouleurs. Les aspects psychologiques, le stress, l'anxiété, a détresse, le sentiment profond d’injustice engendrée par la douleur peuvent être aussi pris en compte et accompagné par des psychologues et des psychothérapeutes. La sophro-analyse offre un travail la découverte et réconciliation du sujet avec son propre corps, permettant le rétablissement de l'équilibre psychosomatique, l’amortissement de la résonance émotionnelle grâce au contrôle du tonus-émotionnel, une aide dans l’autocritique et la maîtrise de soi.

Diététique

Dans le domaine alimentaire, un accompagnement est aussi fructueux : en effet, l’équilibre alimentaire d’une personne atteinte de cancer peut se trouver modifié pendant le traitement. Fatigue, perte d’appétit, nausées et vomissements, aversions, changement de goût et de l'odorat... font partie des soucis les plus fréquents. Le diététicien pourra aider à mettre en place un plan de recommandations pour aider à passer ce moment difficile, donner de l'énergie et réduire les problèmes d'aversions. Enfin, l'aide d'un naturopathe pour des prescriptions de plantes, contre la douleur et pour aider à la relaxation est aussi très efficace.

Découvrez comment être bien accompagné

Image

L’hypnose thérapeutique est un ensemble de techniques permettant, via l'état hypnotique, d'accompagner les troubles psychologiques et psychosomatiques…

Image

L'approche thérapeutique de l'ostéopathie se fonde sur les manipulations manuelles du système musculo-squelettique afin de soulager certains troubles fonctionnels.

Image

La réflexologie consiste en un massage de zones réflexes du corps (mains, pieds, tête, oreilles), permettant de réduire les tensions et de rétablir "l'équilibre énergétique".

Image

La sophrologie est une synthèse de techniques psychologiques occidentales et orientales ayant pour but une harmonisation du corps et de l'esprit.

Image

La diététique est la science de la nutrition, élément clé de notre santé. Avoir une alimentation équilibrée est essentiel pour réduire les risques de maladies.

Autres affections apparentées

Image

Que les douleurs soient aiguës de courte durée, ou chroniques à long terme (pathologies, cancers, accidents), elles altèrent la qualité de la vie, peuvent devenir très invalidantes...

Image

Les troubles relationnels peuvent toucher tout le monde, depuis le couple (infidélité, rupture, divorce, etc.) en passant par les adolescents en pleine crise...

Image

Le stress, l'angoisse et l'anxiété sont des états qui modifient l'équilibre de notre psychisme et de notre organisme. Utiles à petite dose, ils deviennent nocifs lorsqu'ils ne sont plus sous contrôle...

Image

La constipation désigne l’obstruction ou la difficulté d’évacuation des selles. En dessous de 3 selles par semaine et lorsque celles-ci sont dures et sèches, on évoque la constipation. Constipation qui peut être occasionnelle (lors de voyages par exemple) ou chronique si le problème perdure dans le temps (au minimum 6 mois).

Informations
Symptômes
  • Constipation
  • Douleurs chroniques
  • Nausées
  • Somnolence
  • Stress
  • Troubles du sommeil
Praticiens spécialisés près de chez vous